L'Histoire de Famille de Sigournay


Publié par Norman Lucey

.
J'ai un arbre de famille vaste pour la famille de Sigournay, dater du siècle 17th premier à l'actuel. S'il vous plaît me contacter si vous cherchez des individus particuliers ou si je peux aider dans votre recherche de genealogical...


SIGOURNEY DANS LE RETOUR D'AMERIQUE


A LA PAGE D'ACCUEIL

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.


.

.

.

.

.


.

.

.

.

.


.

.

.


.

.

.

.


.

.

.

.

.


.

.
.

.

.

.

.


.

.

.
.

.

.


.

.

.

.

.

.


.

.

.

.

.

.


.

.

.

.

S'il vous plaît me contacter avec n'importe quelles questions que vous pouvez avoir: -

DEMANDER PLUSIEURS RENSEIGNEMENTS

SIGOURNEY DANS LE RETOUR D'AMERIQUE

A LA PAGE D'ACCUEIL

.

Les « Sigournay » et leur origine Française Huguenote.

La légende raconte qu'à Saint Jean d'Angély dans la province de Saintonge, sur la côte ouest française, deux fréres Jean et Esaye (1671- 22 novembre 1746) Sigournay sont venus, clandestinement par bateau, à Londres, dissimulés dans une grosse barrique appelée « Hogshead » (tête de sanglier), toujours utilisée aujourd'hui pour le transport de spiritueux ! Le fils de Jean (1710-30th le 1781 décembre) et Esaye étaient deux pensionnaires de l'Hôpital français à la fin de leurs vies. Jean était assez riche pour se permettre sa propre chambre pendant que Esaye a eu une vie dissipée par l'ivresse et les bagarres. Ils étaient tisserands de soie, et habitaient Spitalfields dans l'est de Londres puis plus tard Shoreditch et Bethnal Green. Spitalfields était déjá un quartier de tisseurs de textiles quand la grande immigration des Huguenots a eu lieu aprés le Révocation de l'Edit de Nantes en France par Louis XIV en 1685 (Edit de Fontainebleau). Les colons français ont été attirés dans ce quartier, d'une part en raison de l'opportunité d'exercer leurs métiers et d'autre part par l'atmosphére cosmopolite et non conformiste qui était déjà typique de leurs traditions.

Advertisement J.Sigournay publicité

Un fils de Jean, John a eu un deuxième fils (John - bapt. 1775 à la St. Matthew, Bethnal Green) par son deuxième mariage avec Sarah Hancock. Celui-ci, un tisserand, a épousé une Sarah Grant dont premier fils John (1797-1845, bapt. St. Leonards, Shoreditch). Par son mariage avec Sarah, il a eu ses enfants : - Sarah (1825-1847) et Hannah (1825-?) les deux jumeaux, John-Joseph (1827-1886) l'Entrepreneur, et Georges (1828-1882) le Cordonnier, Issac Thomas (1836-?) et Caroline Anne (1836-?). En 1841 ils ont résidé dans Hare Street, Bethnal Green. Toujours dans l'East End de Londres. Jacob Sigournay (le fils de John-Joseph) était apparemment Directeur de l'Hôpital français pendant un temps et était aussi un Entrepreneur. Il y a une branche américaine de la famille, descendante de André Sigournay qui est aussi clairement relié à la ville de St. Jean d'Angély par les certificats de baptême. Comme sont en effet beaucoup d'autre ancêtres Sigournay par les registres dans l'Hôpital français. En Amérique le nom est devenu Sigourney.

French Hospital L'Hôpital français de Londres

L'Hôpital Protestant français, connu comme « Hôpital de La Providence » a été créé après la Révocation de l'Edit de Nantes en 1718, comme une Institution, pour accueillir les réfugiés protestants français âgés et infirmes, par Jacques de Gastigny, un huguenot, gentilhomme français entré au service de Guillaume III de Hollande, Prince d'Orange, en tant que Maître des Buckhound, chiens de chasse royales. Il était aussi membre du Comité français pour dispenser le « Bounty Royal » (Sorte d'aide aux Réfugiés Huguenots, « La Bonté Royale » ). Le Révérend Philipe Menard était à la tête de l'Hôpital, et l'Exécuteur des volontés de M. de Gastigny L'argent a été apparemment provisionné pour 8 années avec les intérêts ajoutés et également les Dons. Les fonds suffisants sont devenus disponibles en 1716 pour acheter le terrain de la Société de Quincaillerie au nord de la Vieille Rue, dans la paroisse de St.Lukes. Un bail de la Ville de Londres sur quelques terres voisines a ajouté environ 4 demi-hectares, ou un bâtiment a été érigé pour 80 personnes. Le 24 juillet 1718, Le Roi Georges a accordé une Charte Royale au Gouverneur et Directeur de l'Hôpital. Henri de Massue, Marquis de Ruvigny et premier Comte de Galway, a été nommé le premier Gouverneur. Bientôt aprés, en novembre 1718, le bâtiment a été formellement ouvert et sa Chapelle consacrée.

Le bâtiment a été érigé le long de la Vieille Rue à Islington, la Rue de Bain plus tard nomme, la Route de Ville, et a été entouré au début par des vergers et un marché. L'entrepreneur était Pierre Legrant, et le coût total du bâtiment 2,750 livres. Les fonds de l'institution, étaient solidement financés par des legs et donations. 1,000 livres de leg du Seigneur de Galway en 1720 et dans l'année suivante le Baron Hervart de Huningue a donné également un leg de 4,000 livres. Des bâtiments supplémentaires ont été érigés en 1760 pour 234 gens pauvres. Au dix-huitiàme siécle Il a été accueilli environ 225 habitants. Jusqu' à 1783 l'Hôpital a soigné aussi des malades mentaux. En 1862, le Directeur a acheté, trois demi-hectare pour 3,600 Livres au nord de Hackney sur le Parc de Victoria àdres. Un nouveau bâtiment dans le style néogothique Victorien a été constitué pour 40 hommes et 20 femmes, conçu par Robert Lewis Roumieu FRIBA, Architecte, un des Directeurs et aussi descendant de Huguenots. Le bâtiment avec sa propre chapelle et la bibliothéque a été ouvert en juin 1865. Il abrite aujourd'hui une école Catholique, « La Providence ».

En raison des dommages de guerre et sous la menace d'une expulsion, l'Hôpital a été déplacé à l'approche de Horsham Sussex et transfré au Carré de Théobald, Rochester dans le Kent. Il a été ouvert le 21 juin 1960 mais demande toujours à ses hôtes de prouver leur ascendance protestante française. Lors d'une réunion d'un groupe de ses directeurs le 15 aout le 1885 août, il a été fondé la Société des Huguenots de Londres. Les 23 volumes de compte rendus annuels et 56 plus grandes publications « de Quarto » (y compris les copies de registres d'Eglise française) ont été publiés par la Société depuis son début. Les volumes 52 et 53 détiennent les listes des enregistrements à l'Hôpital français (1718-1957). Ils constituent une source utile sur les réfugiés et leurs descendants. Les copies de ceux-ci existent dans la Bibliothéque de Guildhall à Londres et les copies qui relatent les premiers Sigournay sont disponibles en français.

Sigournais 15th c. Chateaux de Sigournais nr. St. Jean d'Angély

Apparemment la plupart des documents protestants à St. Jean d'Angély ont été détruits. Cependant nous avons trouvé là-bas des documents de deux baptêmes et un document qui relatent au renoncement de sa foi protestante par un Pierre Sigournay. Il est daté 1698 et son âge est de 27 ans. Les baptêmes sont relatifs à André Sigournay (enregistré 'ay), le fils d'André (le cordonnier) et Charlotte Paysan daté 22 septembre 1673 & Elizabeth Sigournay, la fille de Pierre (cordonnier) et Marie Paysan, daté du 26 juillet 1673. Le baptême pour Bertelemy Sigournay, le fils de André Sigournay & Charlotte Paisan, daté 16 avril 1682 et enregistré dans la Rue de Threadneedle (ainsi appelé en raison de la présence de nombreuses couturiéres dans cette rue) dans les registres d'Eglise des Huguenots français à Londres. La ville fortifiée de St. Jean d'Angély aux mains des protestants tombe devant les forces royales catholiques, le 23 juin 1621 juin aprés un mois de siége et est complétement ruinèe. Elle était la forteresse principale gardant la côte prés de La Rochelle. Aprés la chute de cette forteresse protestante qui résistait á la couronne. Il faut rappeler un siége plus tôt, infructueux fin 1569 aprés la destruction de l'Abbaye catholique par les Huguenots en 1562.

Certificate 1673 le certificat de baptême pour Elizabeth Sigournay

Les Sigournay nés à Saint Jean d'Angély, sont donc:-

Pierre Sigournay - né approximativement 1610
André* Sigournay (le fils de Pierre) - né 1638 - (émigré à Londres entre 1673-1682 et en Amérique plus tard)
Marie Sigournay (la fille de Pierre) - née approximativement 1640
Benjamin Sigournay (le fils de Pierre) - né approximativement 1642
Pierre* Sigournay (le fils de Pierre) - né 1643 - (émigré en Amérique)
Issac Sigournay (le fils de Pierre) - né approximativement 1645
Elisabeth Sigournay (la fille de Pierre) - née approximativement 1646
René Sigournay (parrain au baptême en 1696) - né approximativement 1660
Alexandre Sigournay (neveu d'André*) - né 1665 - (émigré à Londres entre 1681)
Pierre Sigournay (marié à Marie Fontene) - né approximativement 1670
Jean Sigournay - né approximativement 1670 - (émigré à Londres avant 1706)
Esaye* Sigournay - né 1671 - (émigré à Londres entre 1706-1713)
Jacques Sigournay (marié à Judith Challot) - né 1671
Anne Sigournay - née 1672 - (émigré à Londres entre 1705)
André Sigournay (le fils de André*) - né 1673
Elizabeth Sigournay (la fille de Pierre*) - née 1673. A noter son certificat de baptême en 1673
Susan Sigournay (la fille de André*) - née avant 1681
Alexandre Sigournay (le fils de Pierre et Marie Fontene) - né approximativement 1694
Elizabeth Sigournay (la fille de Esaye*) - née 1706.

Les Sigourney sont de descendance Huguenote française, et profitérent des bateaux qui, au XVIIéme siécle, naviguaient presque chaque mois, de Londres à Boston, et transportaient des familles entiéres. Le premier Sigournay qui peut être trouvé est arrivé à Boston avant l'année 1688 et immédiatement aprés la Revocation de l'Edit de Nantes en 1685. Le représentant de cette premiére famille était André Sigournay (Sigourney maintenant épelé à l'Américaine) Il était un distillateur à La Rochelle ou Rochefort. Quand l'Edit a été révoqué, une escouade de dragons a été cantonnée dans la maison où il vivait avec sa femme, Charlotte Paisan. Alors, ils ont été déterminés à s'échapper de France avec leurs quatre enfants. Ils ont procédé secrètement pour mettre à l'abri leurs biens à bord d'un bateau dans le port. Il s'est produit une reléve dans la garnison et ils ont alors préparé un dîner pour tenter de distraire les soldats. Pendant que leurs invités obligatoires célébraient ce diner, la famille entiére de Sigournay, sans partager le repas, s'est échappée, est monté sur le vaisseau, et a rejoint l'Angleterre. Il est dit que chaque enfant portait deux piéces de vêtements. Leur plus jeune garçon, Barthelemy, est né à Londres et fut baptisé en1682 à la Première Eglise dans la Rue de Threadneedle. La famille de Sigournay porte le nom d'une région dans Poitou dont sont issus les racines de la famille. Il y a un Hameau nommé Sigournais en Vendée, prés de Chantonnay, et du Château de Sigournais, illustré sur une gravure.

Joseph Dudley a pris un intérêt à ces fugitifs de 7 personnes pendant qu'il les a aidé en Angleterre à rejoindre Boston, (André et sa femme, avec Susanna d'enfants, Pierre, Charlotte, Andrew et Barthelemy) où ils sont arrivés en automne 1686. Andrew, le fils ainé de André, a épousé Mary Germaine. Et sa fille Suzanne a épousé John Johnson (Jean Jansen) qui a été tué par les Indiens Nipmucks à Oxford dans 1696. Elle a épousé plus tard, un deuxiéme mari, son cousin Daniel Johonot qu'il faut rapprocher de la véritable orthographe de Daniel Johannot de Boston. Une famille protestante d'Annonay en Ardèche France dont l'adaptateur amateur de ce texte (Thierry Veller-Johannot, Français vivant à Versailles) est issu par Anne Marie Johannot, fille de Georges Johannot, Architecte, Famille catholique mais issue d'une Branche protestante de Genéve par Jean Prudent Johannot.

La famille de Sigourney a occupé une position importante dans la Colonie d'Oxford jusqu'à ce qu'ils se dispersent. Après quoi ils sont retournés à Boston. Sigourney et quelques amis, avec Jacques Laborie de Guyenne comme leur pasteur ont essayé de se rétablir de nouveau Oxford en 1699, mais cette tentative a échoué. André est mort à Boston dans 1727 et est enterré dans le Cimetiére historique de Granary Burial Ground. Son fils Andrew est devenu un distillateur à Boston et était un des propriétaires de l'Eglise française et, avec les autres, ils en ont transmis la propriété en 1748. Le Capitaine Andrew Sigourney, qui était né en 1752 à Boston, a épousé Elizabeth Wolcott. Sa méthode coutumière de voyager, même pour les distances longues, était une chaise à porteur de voyage. Plus tard Andrew a dirigé Oxford jusqu'en 1784, et son fils est devenu un homme d'affaires important dans Boston comme Trésorier de la Société d'Artillerie Ancienne et Honorable. Plusieurs membres de la famille la poursuivent à Worcester. Un autre membre de cette famille, Charles est devenu un citoyen important de Hartford. Le dernier Andrew était né dans 1851. Les Sigourney sont une famille distinguée dans Le Massachusetts et sont aujourd'hui alliés aux familles de Brimmer, l'Intendant, Dexter, Gordon, Kidder, Sohier, Oliver, Wadsworth, et le Lien.

Lydia Huntley Sigourney, a eu une vie de contrastes et de contradictions surprenantes. Elle fait partie des auteurs les plus populaires du 19éme siécle. Elle s'est mariée pour assurer sa sécurité financière pour elle et ses parents. Aprés son mariage, ce sont ses droits d'auteur qui ont fourni la majorité de ses revenus. Elle a écrit des livres de prose et de poésie à raison d'un chaque huit mois pendant presque 50 années. Aujourd'hui son travail est presque inconnu. Cependant dans le milieu du 19th siècle elle était plus populaire qu'Edgar Alan Poe. Lydia Huntley Sigourney était née en 1791 à Norwich, Connecticut, le seul enfant de Zerviah et Ezekial Huntley. Elle a grandi entourée de priviléges. A 28 ans elle a épousé Charles Sigourney, un veuf riche avec trois enfants. Les éditeurs étaient, à cette époque, amateurs de romans et nouvelles qui étaient commercialement appréciés du grand public et des femmes de la bonne société. La poésie était populaire, particuliérement quand elle plaisait aux femmes. Lydia Sigourney était si prospére qu'elle est devenue un nom emblématique. Elle est morte le 10 juin, 1865, vingt et un an après avoir été choisie par un médecin de l'Iowa comme le nom d'une petite communauté localisée dans le centre de Comté de Keoku, Iowa, USA.


Ceci est tiré d'un article de Norman Lucey écrit en 1999
Traduit en français par Thierry Veller-Johannot en 2022

e-mail:
norman@lucey.net
© Copyright 1999-2022, Norman Lucey. All rights reserved.